Comment j’ai réussi à arrêter définitivement la cigarette – ma méthode perso

Génération 3R

Comment j’ai réussi à arrêter définitivement la cigarette – ma méthode perso

cigarette

La cigarette, j’ai décidé d’écrire cet article sur le tabac pour une raison simple. J’ai voulu partager avec vous, comment j’ai enfin réussi à arrêter de fumer. Et ce, après plusieurs tentatives, qui ont toutes échoué les unes après les autres. J’ai décidé de prendre du recule et de comprendre pourquoi ces tentatives d’arrêter de fumer n’ont pas abouti. 

Et une fois que j’ai compris pourquoi, tout à changé. J’ai parlé de ma méthode avec des amis, qui étaient étonnés de me voir sans la cigarette ce jour-là… Ces derniers, m’ont motivé à la partager avec tout le monde.

Un ami m’a dit: « tu sais Charbel beaucoup de gens essayent d’arrêter mais peu réussissent ! Tu fumais beaucoup et tu as enfin réussis à arrêter d’une manière simple, alors tu dois partager ta méthode pour aider ceux qui n’ont pas encore eu cette chance de réussir à arrêter de fumer ! »

Je ne vous cache pas que je me suis posé une bonne cinquantaine de fois la question, si je le fais ou pas! Ce qui m’en a empêché jusqu’à présent, est le fait que je ne suis pas un professionnel de la santé, ni un tabacologue, ni rien de ce genre !

Je me demandais toujours à quel titre le ferai-je ? 

La réponse est : au titre d’une personne qui a bien connu la cigarette (2 paquets par jour) et qui a réussi à arrêter tout simplement 

Si vous fumez, et que vous avez aussi connu les même problèmes que moi pour arrêter de fumer, cet article est pour vous ! Prenez ces quelques minutes pour le lire jusqu’au bout pour découvrir la méthode complète !

1/ Pourquoi fumons-nous ?

Les dernières recherches en matière de tabagisme montrent que l’envie de fumer une cigarette, correspond à 3 formes de dépendance qui se conjuguent entre elles. Les connaître vous aidera à mieux vous en débarrasser.

La dépendance physiologique

C’est le besoin de nicotine. Véhiculée par la fumée, la nicotine atteint les poumons puis le cerveau. Elle provoque une sensation de bien-être immédiat, l’illusion d’être moins fatigué, de “carburer” au maximum. Lorsqu’on fume tous les jours, notre organisme s’habitue aux effets de cette substance. Qui n’est ni plus ni moins qu’une sorte de drogue.

Quand son taux diminue dans le sang, vous devenez irritable, nerveux et même fatigué. Le corps entre alors dans un état de manque. Alors, pour vous sentir mieux, vous rallumez une cigarette. Le taux de nicotine remonte, puis redescend, ce qui vous oblige à avoir de nouveau recours au tabac. Et ainsi de suite. Vous vous retrouvez dans un cercle vicieux duquel on croit qu’il est difficile de sortir…

La dépendance émotionnelle

Je sais que pour mon cas personnel, à la moindre perturbation, j’avais tendance à attraper mon paquet de cigarette. Je pense que si vous fumiez, ou si vous fumez actuellement, vous connaissez ce genre de sentiment.

Quel fumeur ne tend pas la main vers son paquet quand quelque chose perturbe sa tranquillité d’esprit ?

Les émotions sont de grandes incitatrices à fumer, pour des raisons différentes selon chacun:

  • Colère
  • Peur,
  • Jalousie,
  • Appréhension,
  • Mécontentement,
  • Rancune,
  • Joie,
  • Peine
  • Etc.

On cherche à s’apaiser, à oublier, à se cacher derrière l’écran de fumée, à refouler le sentiment qui nous dérange. Et du coup on prend l’habitude d’avoir recours à la cigarette. Non seulement pour satisfaire le besoin de nicotine mais aussi pour le geste qui soi-disant apaise les pensées.

La dépendance comportementale

Nous commençons à fumer dans telle ou telle situation et notre cerveau enregistre. Le geste devient alors comme programmé, et se répète mécaniquement, même si l’événement qui l’a au départ provoqué n’existe plus.

Je vais vous raconter une petite histoire que j’ai personnellement vécue qui illustre bien ces points

En 2008, mon grand-père vivant seul au Liban (mon pays natal), tombe gravement malade. Il se retrouve dans un hôpital, et après multiples examens, le diagnostic tombe. Calcification avancée de la colonne vertébrale, nécessité d’une intervention chirurgicale avec très faibles chances de réussite.Si l’opération ratte, il se retrouvera paralysé à vie. 

Alors je vous dessine le tableau. À l’époque j’étais agent immobilier, j’avais mes propres agences, il a fallu que je parte du jour au lendemain au Liban avec ma mère pour trouver une solution d’urgence. Ma mère étant fille unique, et totalement désemparée face à cette situation, toute la responsabilité était sur mes épaules. 

Petite précision : je ne fumais pas du tout à cette époque-là ! Mais ça n’allait pas tarder !

La décision de le faire opérer ou non me revenait. J’ai pesé le pour et le contre, et me disant de toute façon il est paralysé, mais il a quand même une infime chance de s’en sortir, sinon au pire si l’opération échoue, il restera comme il est, à savoir sans la possibilité de marcher.

J’ai donné e feu vert aux médecins, et ensuite je suis parti me poser à la cafétéria de l’hôpital,  et c’est à ce moment-là que tout a basculé.

J’étais avec mon oncle paternel, qui lui fumait des Marloboros rouges.

Je lui ai dit :  » donne-moi une cigarette ! »

Ce que je veux vous dire est que la cigarette est un faux-amis. Elle sert à soit-disant nous apaiser ou à nous détendre. C’est dans ces moments de vulnérabilité que la plupart du temps nous tombons dans le piège infernal.

À partir du moment où vous allumez la première cigarette, le monstre est installé et le pli est pris. Cela devient un réflexe, une habitude sans que vous puissiez vous en rendre compte. Et le pire, est que vous ne contrôlez plus ce reflex et cette habitude. 

2/ Voyons maintenant ce que donne le tabac en chiffres 

Le tabac tue : 

cigarette-arreter-de-fumer

D’après une estimation de Catherine Hill, directrice du service d’épidémiologie des cancers de l’Institut Gustave Roussy, le nombre de décès attribuables au tabac serait de 73.000 par an en France.

73.000 morts en France, cela représente

  • 59.000 décès chez les hommes et 14.000 chez les femmes
  • 34% des décès chez les hommes et 11% chez les femmes, de 30-69 ans

Une réduction de l’espérance de vie d’un fumeur de 20 à 25 ans par rapport à celle d’un non-fumeur

L’estimation porte sur les fumeurs actifs. Cette hausse (la dernière estimation publiée en 2003 dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire comptabilisait 66.000 morts) s’explique par une progression des décès féminins du fait du développement du tabagisme des Françaises au cours des quarante dernières années.
Source APM Agence de Presse Médicale

Dans le monde la cigarette coûte la vie à 3,3 millions de fumeurs (données Organisation mondiale de la Santé, 2017).

Ces décès concernent notamment 1,5 million de patients atteints d’affections respiratoires chroniques, 1,2 million de patients atteints d’un cancer (de la trachée, des bronches et du poumon), 600 000 patients souffrant d’affections respiratoires et de tuberculose.

C’est dans la population des 45 à 64 ans que les conséquences du tabac sont les plus importantes : on parle de mortalité prématurée et évitable, véritable problème de société auquel nous sommes confrontés.

Près d’un décès sur trois, survenant chez les hommes de cet âge est dû au tabac. Plus grave encore, on constate qu’avec l’augmentation du tabagisme chez les jeunes, c’est 160 000 morts liés au tabac que l’on attend en 2025. 

En conclusion, le tabac est responsable de 25 à 30 % des décès par cancer.

 
cigarette-arreter-de-fumer

3/ Que se passe-t-il dans votre corps quand vous fumez ?

Voyons comment la fumée de cigarette atteint et affectent les différentes parties de votre corps ? Et pourquoi le tabac est addictif ?

  • Le cœur
  • Les poumons
  • Le système digestif
  • La bouche
  • La peau
  • Les os
  • Le système reproductif
  • La santé mentale
  • L’addiction

Les poumons

Le tabac est responsable en grande partie des principaux cancers du poumon. C’est l’un des cancers les plus difficiles à soigner et on estime à 14 % à 5 ans et 9 % à 10 ans le nombre de patients pouvant survivre à cette maladie.

Plus de 70 agents chimiques parmi les milliers présents dans une cigarette sont cancérigènes. La fumée de cigarette et le goudron qu’elle provoque, endommageront les tissus des poumons. Ils détruisent aussi l’ADN des poumons, et ainsi empêchent les tissus de s’autoréparer. C’est ce qui augmente considérablement le risque de cancer.

La cigarette est responsable de plus de 80% des décès liés à une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), et bien d’autres encore.

Le fait de stopper la cigarette, ne pourra pas réparer les dommages causés sur les poumons mais cela permettra de les stopper.

Le cœur

La cigarette augmente le niveau de monoxyde de carbone dans le corps et réduit le taux d’oxygène dans le sang. Les toxines composant le tabac ont aussi pour conséquence d’épaissir le sang. Cela force le cœur à travailler plus pour pomper le sang.

La nicotine encourage les glandes surrénales pour générer de l’adrénaline. C’est ce qui favorise l’envie pressante de fumer. L’adrénaline augmente le rythme cardiaque et la pression artérielle, mettant une certaine pression sur le cœur.

Le tabac endommage les artères, les rétrécit et fini parfois par les boucher. Empêchant ainsi le flux de sang dans le corps et vers les organes vitaux.

Un morceau d’athérome peut se rompre et interrompre la circulation sanguine et engendrer la formation d’un caillot sanguin. Ces caillots peuvent causer un AVC, une angine de poitrine et des attaques cardiaques.

Le système digestif

Le risque de développer un cancer de l’estomac, des reins, du foie, de l’œsophage, du côlon, du rectum et du pancréas, est beaucoup plus élevé chez le fumeur.

Fumer du tabac accroît le risque de cancer de l’estomac. Plus vous fumez de cigarettes et plus vous fumez longtemps, plus votre risque est élevé.

Certaines études ont démontré que l’exposition à la fumée secondaire fait aussi augmenter le risque de cancer de l’estomac.

Environ un cas de cancer de l’estomac sur cinq est causé par la fumée de cigarette.

La bouche

Fumer réduit la sensation de goût, donner une mauvaise haleine et fait jaunir ou noircir les dents. Mais pas que !

La cigarette augmente le risque de développer un cancer de la bouche, des lèvres, de la gorge, du cou, des cordes vocales et de la langue.

Les deux facteurs de risque les plus importants sont le tabac et l’alcool qui, lorsqu’ils sont consommés en parallèle, multiplient leurs effets néfastes respectifs.

Les cigares et les pipes sont aussi liés aux cancers des fumeurs car ils favorisent l’inhalation la fumée plutôt dans la bouche que les poumons.

La peau

Chaque bouffée de fumée de cigarette dégage 200 000 radicaux libres qui vont attaquer les cellules de la peau et entraîner des effets sur le contour des yeux et la peau du visage dans son ensemble.

La diminution du niveau d’oxygène dans le sang, ainsi que les toxines présentes dans la nicotine peuvent rendre la peau plus pâle, voire grise, et engendrer de la sécheresse. En outre, les rides apparaîtront plus tôt car les vaisseaux sanguins se rétrécissent et n’apportent pas assez d’oxygène, ni les nutriments importants (vitamine A ou C) pour les cellules de la peau.

jeunesse-global-mlm

Les os

Les toxines qui entrent dans le corps par l’intermédiaire du tabac, déséquilibrent les hormones et entravent la production d’œstrogènes nécessaires au renforcement des os. Elles augmentent le niveau de cortisol, ce qui peut affecter la densité osseuse.

Le tabac peut être particulièrement risqué pour les femmes qui souffrent d’ostéoporose, spécialement pendant la ménopause, lorsque le niveau d’œstrogènes commence naturellement à chuter.

Le système reproductif

Le tabac diminue la fertilité chez les hommes comme chez les femmes, en particulier chez les personnes âgées de plus de 30 ans.

Chez les hommes qui fument, les spermatozoïdes présentent plus fréquemment des anomalies anatomiques qui sont à l’origine d’une diminution de la mobilité et d’une plus grande difficulté à pénétrer dans l’ovule. De plus, l’ADN (les gènes) des spermatozoïdes des fumeurs présentent des modifications qui nuisent à la fertilité et augmentent le risque de mauvaise implantation de l’embryon dans l’utérus et de fausse couche précoce.

Chez les femmes qui fument, ainsi que celles exposées au tabagisme passif, le tabac réduit la fertilité de manière proportionnelle à la quantité de cigarettes fumées chaque jour (ou à la quantité de fumée inhalée passivement).

Pendant la grossesse, les femmes qui fument ont un risque plus important de faire une fausse couche ou d’accoucher de manière prématurée. Les femmes qui fument ont aussi une probabilité plus élevée de développer un cancer cervical.

La santé mentale

En plus du stress causé résultant de l’addiction à la nicotine (symptômes de manque), la fumée de cigarette engendre la production importante de dopamine. Cette dernière est libérée dans le cerveau et aide à soulager le stress et à ressentir une sensation de plaisir. Après un certain temps, le cerveau commence à arrêter de produire par lui-même de la dopamine et à engendrer une dépendance aux effets de la cigarette.

Un rapport de 2014 suggère que les fumeurs journaliers ont deux fois plus de risques que les non-fumeurs de développer une schizophrénie. La nicotine peut en effet endommager le cerveau.

Une étude menée sur 2000 étudiants, par l’équipe du Pr Hagai Levine de la Hebrew University of Jerusalem’s-Hadasssah Braun School of Public Health and Community Medicine

Ces étudiants scindés en 2 groupes, les étudiants du premier groupe recrutés à l’Université de Pristina (Kosovo) et à l’Université de Belgrade (Serbie) pour le second groupe.

Résultat, au sein des deux établissements, les fumeurs étaient en moyenne 2 à 3 fois plus exposés au risque de dépression par rapport aux non-fumeurs.

Parmi les adeptes du tabac, 14% des jeunes souffraient de cette maladie, contre 4% chez les abstinents dans l’Université de Pristina. Des données respectivement établies à 19% et 11% chez les jeunes de l’Université de Belgrade. Le niveau de vitalité et le degré de sociabilité étaient aussi diminués chez les fumeurs.

Attention !  Cette étude reste observationnelle. Il n’est pas question de dire que la cigarette déclenche automatiquement une dépression. Mais cela permet de confirmer que le tabac impacte négativement la santé mentale. 

Lien utile : Que contient la cigarette ? 

Pourquoi devenez-vous accro au tabac ?

Lorsque la fumée de cigarette est inhalée, la nicotine atteint votre cerveau en quelques secondes. Cet apport de nicotine augmente le niveau dopamine dans le système nerveux central, ce qui réduit le stress et provoque une sensation de relaxation et de « plaisir ».

Après un certain temps votre corps développe une accoutumance à la nicotine. Ce qui fait que pour ressentir le même plaisir, vous devrez fumer de plus en plus. Pire encore, le fait ne pas pouvoir fumer vous causera une sensation de nervosité et de stress. Vous aurez les mêmes symptômes que le manque, tout simplement.

Le fait de fumer devient aussi une habitude quotidienne.  Ce qui complique encore plus l’arrêt de la cigarette.

Si vous êtes comme moi, j’avais l’habitude de fumer ma première cigarette le matin avec mon café en commençant ma journée. Ensuite après chaque repas, aussi dès que quelque chose m’énervait. Je recevais un coup de téléphone, le réflexe était toujours d’allumer une cigarette.

Cette gestuelle était devenue une habitude, que j’ai réussi à remplacer par de bien meilleures.

cigarette-arreter-de-fumer

4/ Que se passe-t-il dans votre corps après avoir jeté la dernière cigarette ?      

Vous devez certainement vous poser des questions du genre : mais comment je vais me sentir si j’arrête de fumer ?

Ou vous dire des choses telles que :  » La cigarette je ne peux pas m’en passer, si je l’arrête je vais devenir fou ou folle… »

Rassurez-vous je connais très le sentiment que vous avez à cet instant, car moi-même je fumais presque 2 paquets par jour. Alors vous imaginez bien que je me passais ce que vous vous dites maintenant en boucle dans ma tête. Rien que penser à l’idée d’arrêter me terrifiait !

Voyons ce qui se passe déjà dans votre corps après avoir éteint votre dernière cigarette

20 minutes après la dernière cigarette

Votre pression artérielle et vos pulsations cardiaques redeviennent normales

Après 8 heures d’arrêt 

La quantité de nicotine et de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié et l’oxygénation des cellules redevient normale. Le monoxyde de carbone est l’un des principaux polluants qui produisent des effets néfastes sur la santé et les fonctions cognitives et l’oxygène sont deux choses essentielles nécessaires à notre survie. Un taux élevé de monoxyde de carbone dans les poumons entraîne de sérieux problèmes. Nous augmentons notre niveau d’énergie avec le passage d’oxygène due à la baisse du taux de monoxyde de carbone quand nous arrêtons de fumer.

24 heures après la dernière cigarette

Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà.
Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. La nicotine a déjà disparu du corps.

Le monoxyde de carbone est éliminé et n’est plus détectable dans le corps.

Après 48 heures d’arrêt

Après 48 heures d’arrêt, on ne retrouve plus de nicotine dans le sang. Le goût et l’odorat s’améliorent.
Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.
   
72 heures après la dernière cigarette

Respirer devient plus facile.
Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.

Après 2 semaines d’arrêt

Après 2 semaines d’arrêt, le gout des aliments revient et la peau redevient plus claire.

Qu’est-ce qui se passe après 2-22 semaines d’arrêt ?

On se débarrasse de la mauvaise circulation du sang et de nombreux d’autres problèmes comme la cicatrisation lente de la peau, des pieds froids, de la maladie de Raynaud et la maladie vasculaire périphérique.

Qu’est-ce qui se passe après 1 an d’arrêt ?

Arrêter de fumer pendant 1 an réduit les risques de crise cardiaque de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral devient le même que celui d’un non-fumeur.

5 ans après la dernière cigarette

Le risque de cancer du poumon diminue de presque de moitié

Après 10 ans ?

10 ans après la dernière cigarette
L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Après 15 ans ?

Si vous aviez l’habitude de fumer comme moi cigarette sur cigarette, après 15 ans sans cigarette vous mènerez une vie saine comme une personne normale qui n’a jamais fumé.

5/ Comment ai-je réussi à arrêter de fumer après 10 ans à fumer presque deux paquets par jour ?

Tout d’abord je tiens à préciser que je n’ai pas utilisé de patch bonbon à la nicotine ni rien de tout ça. Comme je précise également que cet article n’est en aucun cas un réquisitoire anti-tabac.

Il s’agit de mon expérience personnelle, que je partage avec ceux et celles qui souhaitent arrêter de fumer et qui n’y parviennent pas.

Comme je vous l’ai dit Je fumais presque 2 paquets de cigarettes par jour. En plus j’étais entouré le fumeur. Mon épouse elle, était (je dis bien était parce qu’elle a arrêté) aussi fumeuse occasionnelle.

Donc rien n’était là pour m’aider à arrêter ! Bien au contraire…

Mais étant donné que je fumais vraiment beaucoup, mon épouse avait peur pour ma santé, elle n’arrêtait pas de me rabâcher : « il faut que tu arrêtes de fumer ! » en permanence.

Le problème était, plus elle me disait d’arrêter de fumer et plus je ressentais cette angoisse du manque si j’arrêtais la cigarette.

Étant donné que je fais du coaching en leadership, développement personnel et en vente, je m’intéresse énormément à la psychologie et au pouvoir de la pensée.

J’apprends également aux gens à rediriger leurs pensées pour minimiser la négativité dans leur vie, leur carrière, et leurs affaires.

Alors un jour j’ai décidé d’appliquer ma méthode à l’arrêt du tabac. Et le résultat était stupéfiant. J’ai totalement arrêté la cigarette. Et voici comment

J’ai d’abord décidé de faire tout ce qui s’opposait à la cigarette et son empoisonnement mortel. Donc je me suis mis à méditer, à faire des séances de relaxation, à refaire du sport et à mieux manger.

Pendant ce temps-là je continuais toujours à fumer je n’ai pas ralenti ni arrêté. Je me disais simplement, un moment viendra où j’aurai un déclic, et j’arrêterai.

Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Je peux vous assurer que je n’imaginais pas une seule seconde, que j’allais pouvoir arrêter ce poison ! Rien qu’à l’idée d’y penser j’étais terrifié.

Après plusieurs semaines passées à penser : bien-être, bonne santé, excellente forme physique, épanouissement personnel …

Plutôt que : il faut que j’arrête absolument la cigarette, j’en ai marre, je n’y arriverai jamais etc.

Tout en continuant de méditer, de faire des séances de relaxation, du sport et de mieux manger.

Un matin ma femme me dit : « quand est-ce que tu vas enfin aller prendre ton rendez-vous pour te faire aider à arrêter de fumer ? »

Ce que je ne vous ai pas dit c’est que cette question aussi, elle me l’a souvent posée, mais je n’étais pas prêt !

Mais cette fois-ci, quand elle a posé cette question, c’est exactement à ce moment-là que la magie du cerveau, la puissance des pensées positives et le fait de rediriger ses pensées dans la bonne direction ont opéré.

Je lui ai répondu : maintenant !

J’ai pris le téléphone, j’ai appelé un acupuncteur et pris rendez-vous ! 3 jours après, j’arrivais chez lui pour une séance d’acupuncture. En sortant de chez lui, j’ai jeté mon paquet de cigarettes et depuis je n’ai plus jamais touché une cigarette.

Ça va même plus loin que ça, si je vois quelqu’un fumer j’ai l’impression d’étouffer à sa place !

Cette petite histoire, ce n’est pas pour vous raconter ma vie, mais tout simplement pour vous expliquer une chose très importante. Arrêter de fumer, oui c’est une question de volonté, oui c’est une question d’ordre physiologique, oui c’est une question d’habitude.

Mais tout part de votre cerveau ! Si vous ne le préparez pas avant d’utiliser ce que j’appelle les outils pour se faire aider, ce sera un échec.

Pour se débarrasser de ce poison mortel qu’est la cigarette, il faut un travail sur soi d’abord avant d’utiliser quelques outils que ce soit. Sinon vous perdrez votre argent !

Parce qu’à mon sens, les méthodes comme l’hypnose, l’acupuncture, l’auriculothérapie, les patchs etc., (et cela n’engage que moi) ne fonctionneront jamais si vous ne vous préparez pas psychologiquement avant.

J’en ai une preuve avec moi-même, j’ai tenté exactement la même méthode à 3 reprises sans aucune préparation et j’ai connu 3 échecs cuisants.

Alors, les méthodes oui, mais sans préparation psychologique non ! La préparation psychologique dans l’arrêt du tabac est la clé de la réussite.

 

Aujourd'hui nos aliments sont pauvres en nutriments et ne comblent qu'une partie des besoins d'un adulte !

AM le matin & PM le soir.

Il s’agit d’un complexe qui contient toutes les vitamines, des acides aminés, des minéraux et d’autres ingrédients encore dont le corps manque et a absolument besoin. Ce complément alimentaire va vous permettre de faire le plein et d’apporter une solution à toutes les carences en vitamines et minéraux et autres. 

jeunesse-global-mlm
systeme-immunitaire

6/ Comment pourriez-vous commencer à vous préparer à arrêter de fumer ?

Si vous le désirez, dès la fin de la lecture de cet article vous pourrez suivre les 3 étapes de préparation simples que j’ai utilisées pour me préparer à arrêter de fumer.

Voici comment j’ai réussi à arrêter la cigarette. Si vous le souhaitez, vous pouvez adopter cette méthode…

Vous êtes certainement persuadé que vous ne pourrez jamais arrêter de fumer. Parce que la cigarette est un petit plaisir pour vous, ou parce que ça fait trop longtemps que vous fumez pour arrêter maintenant, parce que vous avez déjà essayé plusieurs fois sans succès, et je ne sais quelles autres raisons possibles encore…

J’ai une première bonne nouvelle pour vous ! Tout ce que vous avez en tête encore à cet instant à propos de la cigarette, sont des croyances qui vous pourrissent la vie et qui vous bloquent !!!

J’ai une deuxième bonne nouvelle pour vous ! Je vais vous livrer mon secret pour faire voler en éclat ces croyances bloquantes à propos de la cigarette et de l’arrêt du tabac dans quelques instants

Commençons immédiatement par la préparation de votre cerveau

Les points importants à prendre en compte avant de démarrer les exercices des 3 étapes de préparation.

1- Arrêtez de vous blâmer quant au fait que vous avez déjà échoué lors de vos précédentes tentatives d’arrêter de fumer. C’est vous qui devez décider quant à la façon dont vous interprétez vos précédents échecs. Il s’agit uniquement de tentatives qui n’ont pas abouti, parce que vous n’étiez pas prêt ! Et non des échecs irréversibles.

2- Utilisez des affirmations positives au présent de l’indicatif par exemple : « je me sens bien, je respire mieux, je suis en pleine santé, j’ai une vie saine et équilibrée etc. »

Attention ! Ne mentionnez jamais les mots : cigarette, fumer, ni tout ce qui s’y rapporte de près ou de loin.

Il faut que vos affirmations soient crédibles pour votre cerveau. Ne vous lancez pas dans des affirmations par exemple comme : « je suis multimillionnaire » etc.

Vous n’arriverez pas à influencer votre subconscient. Votre conscient fera blocage, car vous ne croirez pas vraiment à ce que vous dites.

Réservez du temps chaque jour (le matin et le soir en vous mettant au lit) pour répéter ces affirmations plusieurs fois de telle sorte que vous puissiez entendre votre voix.

Aussi, dès que vous avez du temps libre dites-les, quand vous êtes au volant de votre voiture dites-les.

Pendant que vous le faites, assurez-vous que vos pensées ne soient pas perturbées par des pensées négatives. Faites le même quand vous fumez votre cigarette !

3- Regardez-vous réussir. Visualisez votre objectif d’arrêter de fumer comme si c’était déjà acquis. Quand vous faires cela, il est indispensable de ressentir les émotions que vous aurez quand vous aurez arrêté la cigarette.

4- Contrôlez vos pensées en les faisant passer du négatif au positif.

Par exemple dès que vous pensez à l’arrêt de la cigarette, il est très probable que la pensée qui arrive juste après soit : « De toute façon je n’y arriverai jamais ! »

Voici une clé puissante pour vous en débarrasser rapidement :

Dès qu’une pensée négative de la sorte se manifeste dans votre esprit, posez-vous les 3 questions suivantes et répondez :

a) Pourquoi ai-je pensé à cela ?

b) Qu’est-ce qui a fait que j’ai pensé à cela ?

c) Qu’est-ce que cela m’apporte de penser à cela ?

Si les réponses sont positives, continuez d’y penser. Mais si elles sont négatives, utilisez la technique que j’utilise, qui est celle de « j’annule et je remplace ».

Souvenez-vous d’un événement merveilleux de votre vie, durant lequel vous vous êtes senti le plus heureux du monde et pensez-y le plus longtemps possible. Cela annulera et remplacera votre pensée négative du moment par quelque chose de positif.

Utilisez toujours cette technique super puissante vous serez stupéfait par le résultat. Au départ cela vous paraîtra ridicule, mais faites-le et persévérez.

Cette technique fonctionne pour toutes pensées négatives, et pas uniquement pour la cigarette.

5- Tenez-vous devant un miroir, ou chaque fois que vous vous voyez dans le reflet d’une vitre en verre, regardez-vous droit dans les yeux et dites-vous : « je réussis tout ce que j’entreprends »

6- Croyez en vous ! L’appréciation de soi est le fondement d’une haute estime de soi.

Prenez absolument en compte cela

Ces points sont indispensables à tout désir de changement. Vous devez en faire des règles à respecter en permanence afin de pouvoir passer à la suite.  

Étape 1 : identifiez vos croyances à propos de la cigarette, faites un état des lieux

Je veux que vous vous posiez dans un endroit calme sans être dérangé et sans avoir la peur d’être perturbé ni dérangé. Ensuite vous fermez les yeux, vous vous détendez, vous faites le vide complet dans votre esprit.

Vous faites par exemple quelques exercices de respiration en mettant une musique très douce. Faites cela pendant 5 minutes et ensuite vous allez commencer.

Posez-vous les questions suivantes :

Attention ! Il est indispensable de prendre une feuille et de noter les questions et les réponses. Répondez honnêtement !

  1. Quand est-ce que j’ai commencé à fumer ?
  2. Dans quelles circonstances ai-je allumé ma première cigarette ?
  3. Comment était son goût ? L’ai-je apprécié ? En étais-je dégoûté ?
  4. Pourquoi je fume toujours aujourd’hui ?
  5. Que représente pour moi la cigarette ?
  6. Combien de cigarettes par jour je fume aujourd’hui ?
  7. Combien me coûtent mes cigarettes par mois et par an ?
  8. Quand est-ce que je fume ? (Notez les moments où vous allumez consciemment une cigarette et les moments où vous allumez inconsciemment une cigarette)
  9. Quand l’envie me prend ! Comment est-ce que je me sens avant d’allumer ma cigarette ?
  10. Comment est-ce que je me sens pendant que je fume ma cigarette et après avoir l’éteint ?

  11. Ai-je déjà eu des problèmes de santé à cause de la cigarette ? (Notez même le plus petit rhume)
  12. Est-ce qu’un jour je me suis réveillé le matin, avec la sensation d’avoir du mal à respirer et qu’il m’a fallu quelque temps pour pouvoir respirer normalement ?
  13. Qui fume dans mon entourage ?
  14. Ai-je déjà essayé d’arrêter ? Si oui pourquoi ai-je repris ? Dans quelles circonstances ?
  15. Quel est l’événement durant lequel je me suis senti le plus heureux(se) de ma vie ? (Cela peut être n’importe quel évènement, notez-le !)
  16. Pendant cet événement pourquoi je me suis senti heureux(se) ?
  17. Au moment où vous vous sentiez au mieux durant cet événement, est-ce que vous aviez une cigarette à la main ?
  18. Si je vous dis stop, vous ne pourrez plus fumer pendant 9 heures à partir de maintenant, que me répondriez-vous ?
  19. Demain vous allez à Toronto au départ de Paris en vol direct et vous ne pouvez pas allumer une seule cigarette durant le vol que faites-vous ?
  20. Comment considérez-vous la cigarette, c’est quelque chose de positif et de bénéfique pour vous ? Ou bien c’est quelque chose de négatif et de nocif pour vous ?
  21. Croyez-vous que vous pourrez arrêter de fumer ? Si oui expliquez pourquoi et sinon expliquez également pourquoi.
  22. Que vous apporte l’arrêt de la cigarette ? Listez les bénéfices que vous pensez en tirer.

Une fois que vous avez bien répondu à toutes ces questions de manière sincère, nous pouvons passer à la suite.

Ce que vous devez immédiatement bannir de votre mode de pensée.

Pour chaque réponse qui se manifeste automatiquement dès que vous répondez à l’une de ces questions, et qui va à l’encontre de tout bon sens, par exemple : Que représente pour vous la cigarette ? Si votre réponse est : plaisir, bien-être ou autres dans le même genre.

Reconnaissez qu’il s’agit alors de croyances, pas de vérités !

Maintenant, vous devez commencer par prendre la décision de bannir de votre quotidien ces croyances toxiques.

Exercice 1 : Situation que je veux changer : « Je veux arrêter de fumer, j’ai tout essayé mais je n’y arrive pas »

Après m’être plongé au plus profond de moi-même voici ce qui en ressort en matière de blocage :

  • Je n’arrive pas à me passer de ma cigarette après chaque repas, comme celle du matin et du soir avant de me coucher.
  • J’adore cette sensation de plaisir et de bien-être quand je fume.
  • Le fait de fumer une cigarette me fait déstresser, ça me relaxe !
  • Si j’arrête de fumer je vais grossir alors c’est hors de question.
  • Ça fait trop longtemps que je fume je ne pourrai jamais arrêter
  • Si j’arrête de fumer je vais péter un câble !
  • J’ai déjà essayé d’arrêter de fumer pleins de fois sans succès.
  • Ça ne marche pas ta méthode Charbel ! tu te prends pour un psy !

Faites cet exercice, écrivez la situation que vous souhaitez changer, en l’occurrence ici ce sera arrêter de fumer. Ensuite concentrez-vous et listez un à un les blocages qui vous viennent immédiatement à l’esprit sans réfléchir.

En général chaque personne se répète ces affirmations en boucle quand elle fait face à ce genre de situation. Or, rien de tout cela n’est plus faux. Car il ne s’agit pas de LA réalité mais de SA réalité.

Ce qui cause un blocage à la volonté d’arrêter la cigarette. Dans ce cas, ce ne sont ni plus ni moins que des croyances limitatives et bloquantes

Alors comment les remplacer ?  On poursuit …

cigarette-arreter-de-fumer

Étape 2 : Reprogrammation de votre subconscient

Si on s’intéresse un peu à l’étymologie du terme, cela signifie « sous la conscience ». En gros, c’est tout ce qui est en dehors de la conscience immédiate. 

Le subconscient est lié à l’hémisphère droit de votre cerveau, alors que le conscient, est lié à l’hémisphère gauche. Tout ce qui peut échapper à votre conscient et tout votre vécu, s’impriment dans votre subconscient.

Le subconscient est une grande banque de données où sont stockées toutes vos pensées, émotions, expériences vécues et cela depuis votre naissance. Il stocke aussi bien ce qui est bon que ce qui est mauvais.

Mais il stocke aussi toute votre programmation.

Le subconscient, ne distingue pas le bon du mauvais, le positif du négatif, le vrai du faux. Imaginez que votre subconscient est un jardin. Si vous y semez des graines et vous les entretenez, les graines germeront et pousseront sans mauvaises herbes.

Le jardin est le subconscient, la semence est la pensée.

Si vous entretenez des pensées et des émotions positives, vous récolterez du positif dans votre vie.

Dans notre cas précis, croyez fermement que vous allez réussir à arrêter de fumer et agissez comme si vous avez déjà arrêté. Vous allez au bout d’un certain temps, influencer votre subconscient et lui faire croire que c’est déjà une réalité.

Au début, à cause des croyances limitantes, votre subconscient pourrait vous mettre des barrières qui vous empêchent d’atteindre votre objectif. C’est normal, ce n’est pas magique cela ne vient pas du jour au lendemain !

En clair une résistance se met en place, détruit vos efforts et fait voler en éclat votre persévérance.

Il s’agit ni plus ni moins que d’un conflit qui se créé entre votre subconscient, qui n’accepte pas le changement parce qu’il le juge mauvais pour vous, et votre conscient qui lui, veut changer.

Ne lâchez rien, continuez !

Quand vous voulez changer, vous voulez arrêter de fumer, votre esprit conscient fait son maximum pour y arriver, mais votre esprit subconscient imprégné de vos croyances limitantes (et donc de votre programmation) bien ancrées, vous empêchera d’y parvenir.  

Le subconscient gère 90% de nos pensées et nos émotions, il fait tourner en boucle en nous la programmation habituelle, ainsi les fausses croyances.

Des recherches ont démontré que notre subconscient est plus réceptif à une reprogrammation positive lorsque nous sommes détendus. À savoir le matin, le soir, lors de séances de méditation, etc.

Il baisse alors la garde, laisse tomber ses défenses et est alors en mesure d’absorber les messages que nous lui envoyons.

Exercice 2 : Voici 5 clés qui constitueront quotidiennement votre rituel du soir, à mettre en pratique juste avant de dormir.

1-  Prenez 3 à 4 profondes respirations (inspiration sur 4 secondes, expiration sur 4 secondes)

2-  Séance de gratitude. Remerciez la vie pour tout ce que vous avez. Reprenez votre journal de gratitude et lisez de façon à entendre votre voix, votre liste de gratitudes et ressentez-les.

3- Demandez à recevoir des réponses à toutes vos questions pendant la nuit. Posez clairement cette à votre subconscient : Je veux arrêter de fumer, comment puis-je y parvenir ?

4-  Visualisez-vous avoir réussi à arrêter de fumer, comme si vous y étiez déjà et concentrez-vous sur tous vos ressentis suite à l’arrêt de la cigarette et ressentez les émotions. Votre subconscient ne peut agir que s ’il est animé par des pensées empreintes d’émotion.

5-  Citer vos affirmations positives que nous avons vues précédemment, en les ressentant. Il est important de préciser qu’après cet exercice, vous devez dormir et ne plus utiliser quelque écran bleu que ce soit. Sinon cela ne vous servira à rien !

Étape 3 : Modifier votre perception des événements

L’histoire des 2 garçons sur une plage jouant au bord de l’eau.

Une grosse vague se déchaîne sur eux. L’un surpris, se met à pleurer et cours retrouver ses parents. L’autre est pris d’un fou rire et veut que cela recommence.

  • Que s’est-il passé dans la tête ces 2 garçons ?
  • Pourquoi réagissent-ils à l’opposé l’un de l’autre ?

Pourtant ils ont assisté au même événement au même moment.

Il s’agit tout simplement de leur perception de l’événement.

Exercice 3 : Vous devez absolument modifier votre perception des événements que vous vivez en général !

Votre objectif principal à partir de maintenant, sera de vous focaliser sur le fait vous sentir bien et ce tous les jours.

Attention ! J’ai parfaitement conscience du monde dans lequel nous vivons. Comme des problèmes que chacun peut avoir et rencontrer dans sa vie. Ce que nous voulons est justement changer notre perception de cela.

Ce que je dis ici, est que vous devez tout faire pour vous sentir bien et de mieux en mieux chaque jour, afin de pouvoir modifier vos croyances. 

Commencez par vous demander si vous avez l’habitude de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.

Je précise que pour le moment il n’est pas question que vous fassiez des tentatives maladroites d’essayer d’arrêter la cigarette sur un coup de tête. Vous êtes encore en phase de préparation mentale.

Prenez d’abord en compte ces recommandations :

  • Arrêtez de vous laisser polluer par les médias et les journaux télévisés qui ne sont pas là pour vous aider ou vous faire du bien.
  • Fuyez les personnes toxiques.
  • Choisissez de fréquenter des personnes et d’aborder des sujets qui sont uniquement bons pour votre santé mentale.  
  • Les médias sociaux doivent vous servir et non vous desservir. Allez-y pour chercher l’information que vous souhaitez uniquement et ressortez.
  • Arrêtez de répondre en permanence aux urgences des autres, gardez à l’esprit qu’il n’y a pas d’urgences mais uniquement des gens pressés.

Cela va vous aider à vous mettre en condition pour maximiser vos chances de réussite de votre projet d’arrêter de fumer.

Voici la technique que j’utilise et qui fonctionne à merveille :

Disons que vous assistez à un événement ou que vous vivez un événement qui ne vous plaît pas du tout. Soit cela vous énerve ou vous rend triste, ou vous vexe, peu importe, il s’agit d’un événement négatif.

La première des choses à faire est de vous poser ces 3 questions :

1- Pour quelle(s) raison(s) cela s’est produit ?

Identifiez-la (ou les) raison(s).

2- Quel résultat cet événement a produit sur moi ?

Déterminez ce que cet événement a engendré sur vous.

3- Quel enseignement positif puis-je tirer de ce qui s’est passé ?

Dans toute situation il y a toujours un enseignement positif.

Identifiez ce que vous avez concrètement appris de cet événement, comment ce que vous avez appris peut vous servir, et ce que vous ferez de mieux quand vous serez confronté à quelque chose de similaire.

Posez-vous exactement les mêmes questions également à chaque fois que vous fumez une cigarette.

7/ Que va-t-il se passer après ?

IL faut mettre en pratique ces 3 étapes quotidiennement avec assiduité. Cela prendra du temps avant de porter ces fruits.

Cependant vous verrez votre état d’esprit commencer à changer peu à peu. Et à un moment, vous prendre la décision d’aller vous faire aider par un outil celui de votre choix.

Quand votre subconscient vous envoie cette instruction de passer à l’étape 4, qui est l’utilisation de l’outil d’aide, cela signifiera que vous serez prêt.  Vos chances de réussite seront élevées.

Pour ma part, cela s’est produits après plus de 2 mois de persévérance, à appliquer cette discipline quotidiennement avec rigueur.

Et j’ai réussi, je vous souhaite de même !

Conclusion 

La cigarette comme le tabac en général est un grand sujet. J’ai voulu ici partager avec vous mon expérience personnelle. Comment j’ai réussi à arrêter de fumer, avec quel moyen et comment je m’y suis préparé.

À mon sens, tout succès réside dans la préparation mentale. D’ailleurs ceci est valable dans tous les domaines de la vie.

Si vous ne vous préparez pas, vous aurez peu de chances, voire aucune de réussir à arrêter de fumer.

Ce que j’appelle les outils, l’hypnose, les patchs, l’acupuncture, etc., viennent après comme une aide. Cette aide ne servira à rien sans préparation.

Il y a un proverbe libanais qui dit : « pour bien connaître mes effets et mes symptômes d’une maladie, il vaut mieux demander à une personne qui l’a eue qu’à un médecin traitant qui ne l’a jamais eue »

Cela signifie, que vous pourrez obtenir de meilleurs conseils de la part de quelqu’un qui fumait (2 paquets de cigarettes par jour) et qui a réussi à arrêter, que d’une personne qui n’a jamais touché une cigarette de sa vie.

Bien entendu il s’agit d’une expérience personnelle, destinée à vous aider si vous souhaiter arrêter le tabac. Mais en aucun cas un réquisitoire antitabac.

Pour les personnes qui souhaitent continuer à fumer, je vous apprécie tout autant que les non-fumeurs.

 

Pour aller plus loin :  partagez avec nous en bas de page, vos expériences et vos avis qu’on en parle ensemble 😉 

C’était : « Comment j’ai réussi à arrêter définitivement la cigarette – ma méthode perso« 

Je vous souhaite beaucoup de réussite, dans votre vie, vos affaires et votre carrière.

Je vous souhaite plein de succès dans votre vie, vos affaires et votre carrière.  
mlm-marketing-reseau

Ps: Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager...

Charbel Lakis 

mlm-marketing-reseau

Ces informations ne sont pas présentées par un médecin. Elles sont présentées à des fins éducatives et informatives. Le contenu n’est pas destiné à se substituer à un avis médical professionnel, de diagnostic ou de traitement. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre fournisseur de soins de santé qualifié pour toute question pouvant concerner un trouble médical. Ne négligez jamais un avis médical professionnel ou ne tardez pas à demander un avis à cause de quelque chose que vous ayez lu.

 

love 0 Love
wink 0 Wink
lol 0 LoL
wow 0 Wow
cry 0 Cry
angry 0 Angry